Non à la suppression de l’Aide Médicale d’Etat

0
407

Vendredi 17 mars 2023, les sénateurs ont voté un amendement qui supprime l’AME (Aide Médicale d’État) dans le cadre de la discussion du projet de loi “immigration” en première lecture porté par le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

Un grave recul dans l’accès aux soins des populations étrangères en France

L’AME permet la prise en charge des soins des personnes étrangères en situation irrégulière présentes sur le territoire depuis plus de trois mois et sous certaines conditions de ressources. Le présent amendement vise à remplacer l’AME, par une aide médicale d’urgence (AMU) centrée sur la prise en charge des situations les plus graves et sous réserve du paiement d’un droit de timbre.

La clandestinité précarise les personnes et amoindrit les recours aux droits sociaux, souvent du fait d’une méconnaissance de ces droits, et de discriminations dans l’accès aux soins. L’AME est la seule prestation sociale à laquelle ont droit les personnes immigrées en situation irrégulière en France. REVES JEUNES dénonce ce vote qui constitue une attaque grave aux droits fondamentaux des personnes étrangères.

Un vote aux conséquences graves en termes de santé publique

De nombreux soignants soulignent que les difficultés d’accès aux soins des personnes étrangères au favorisent la prolifération de certaines maladies infectieuses, comme la tuberculose. De plus, ces populations peuvent être plus exposées aux risques de maladies du fait de nouvelles conditions de vie affectant leur état de santé métabolique, ce qui en fait souvent une population plus “exposée au risque”, que “à risque”. La santé est un bien commun, il est essentiel de garantir aux personnes en situation irrégulière des moyens pour se soigner et être en bonne santé.

L’accès aux soins doit pouvoir se faire peu importe la situation administrative des patients. Une vraie politique migratoire est basée sur l’accueil et la solidarité, le respect des droits fondamentaux. Nous appelons l’Assemblée Nationale à revenir sur cet amendement en seconde lecture.

Contacts presse:

Bourgeon Quentin

Président de Reves Jeunes

presidence@reves-jeunes.fr

06-66-13-31-72

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.