Mon corps, mon choix : Le droit à l’IVG n’est pas une option!

0
95

Le vendredi 24 juin 2022, la cour suprême des Etats-Unis a rendu une décision renversant la jurisprudence fédérale des arrêts Roe v. Wade de 1973 et Planned Parenthood v. Casey 1992 sur le droit à l’avortement. En effet, par sa décision la cour retire le caractère constitutionnel à l’avortement s’appliquant à l’ensemble des Etats américains.

Un recul historique pour les droits des femmes et assigné·e·s aux Etats-Unis

Aujourd’hui une femme meurt toutes les neuf minutes d’un avortement clandestin dans le monde, pourtant la Cour suprême des Etats-Unis est revenue sur la dernière digue qui protégeait le droit à l’avortement.

La révocation de cet arrêt est une remise en cause d’un droit garanti depuis presque 50 ans pour près de 36 millions de femmes ! 26 Etats américains pourraient s’appuyer sur cette décision pour interdire purement et simplement ce droit. De plus, cette décision va toucher de façon dramatique les femmes et assigné·e·s les plus précaires. Cette situation les condamne à avorter sans accompagnement avec des méthodes dangereuses, car une femme qui veut avorter le fera quoi qu’il arrive !

Le droit des femmes à disposer librement de leur corps, un droit à conquérir et à faire avancer partout dans le monde !

À l’heure où certains pays tels que l’Argentine, l’Irlande et même la Colombie obtiennent le droit à l’avortement, dans le même temps, d’autres pays connaissent des régressions. C’est le cas de la Pologne où le droit à l’avortement se voit être quasiment illégal, celui-ci est seulement autorisé en cas de viol ou de danger pour la mère. En Birmanie, Slovaquie et de nombreux autres pays dans le monde, l’IVG est accessible uniquement si la vie de la femme est mise en danger.

En France, le camp des réactionnaires s’organise pour restreindre ce droit. En effet, lors des nombreux débats sur la proposition de loi adoptée en février concernant l’allongement du recours à l’IVG de 12 à 14 semaines, une vive opposition d’une partie du camp réactionnaire et conservateur notamment venant de l’extrême-droite s’était fait entendre au parlement.

Alors que l’extrême droite s’est installée profondément dans le pays, en témoigne le résultat aux dernières élections législatives, et que les discours conservateurs prennent toute leur place dans le débat public, nous tirons la sonnette d’alarme contre ces politiques rétrogrades et meurtrières partout dans le monde, et nous rappelons que le droit à l’IVG n’est pas un acquis et qu’il reste un combat de tous les jours, y compris en France.

L’UNEF et Rêves Jeunes défendront toujours le droit à ce que chaque femme puisse disposer de son corps. Et nous apportons notre soutien à l’ensemble des femmes et assigné·e·s mobilisées pour leurs droits dans le monde.

Nous appelons à la mobilisation pour le droit à l’IVG ce samedi 2 juillet 2022, rendez-vous à 14h30 Place Pierre Laroque ! En France, nous revendiquons :

De réels moyens à la hauteur pour les centres pratiquant l’avortement, pour un droit à l’IVG effectif

L’inscription du droit à l’avortement et à disposer de son corps dans la constitution française et de même au sein de la charte des droits fondamentaux de l’UE

Une augmentation des moyens et des places dans les formations de santé pour former plus de médecins

Développer un véritable plan d’information sur la contraception et l’IVG, notamment auprès des jeunes et sur les lieux d’étude.

Contact : Elisabeth ABANDA AYISSI Attachée de presse

Union Nationale des Étudiants de France 06.03.55.45.28 / presse@unef.fr

Contact : Quentin Bourgeon Président

Reves Jeunes : 06.66.13.31.72 / presidence@reves-jeunes.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.